Header image header image 2  
LES PHOTOS


 
Outre les photos du restaurant, vous trouverez aussi celles d'un évènement important: le nouvel an vietnamien, originellement appelé le 'Têt".


Qu’est-ce le Têt ?

Le Têt  est le Nouvel An vietnamien et la fête traditionnelle la plus chère au cœur des Vietnamiens. Aussi la préparation de ces festivités absorbe une grande part de ressources et d’énergie pendant deux semaines précédant le Têt .

L’art de la table participe en grande partie à la réjouissance qui se manifeste lors de la fête du Têt . Sans lui, la réjouissance ne serait pas complète, le Têt  ne serait plus le Têt .

Traditionnellement, les Vietnamiens ne font pas la cuisine pendant les trois jours du Têt . Ils ne font que réchauffer les plats et mets préparés les jours précédents. Cela leur permet de s’adonner pleinement aux réjouissances.

Partout où l’on se rend pour présenter les vœux, nos hôtes nous présentent toujours les spécialités salées et sucrées, selon nos goûts. Et ne pas manger ou goûter ces plats c’est faire preuve de manque de respect vis-à-vis des personnes qui nous reçoivent. Toutes ces réjouissances ont quand même un côté qu’on peut qualifier de « négatif ». En effet, de tradition, on doit « rendre visite » à tous ceux qui sont venus nous souhaiter pendant le Têt , on doit manger deux fois. En général, les gens sortent de ces jours de fête toujours nantis de quelques kilos de plus !

A côté des fruits frais très abondants, en nombre et en variétés, en cette saison, qui ont place prépondérante sur la table que les gens garnissent en plus de fruits confits très divers.

Concernant la viande servant de base à la cuisine salée, on privilégie les produits de mer et de rivière, le porc et le poulet au détriment du bœuf, non pas à cause de la qualité mais plutôt de son prix souvent très élevé. On évite également de manger du canard car selon les croyances populaires, il n’est pas indiqué de manger du canard pendant les premiers jours de l’an, le canard n’étant pas un animal qui dégage l’aisance, la majesté et la noblesse.  La consommation de cette volaille risque d’influencer néfastement le sort de chacun pendant toute l’année. Par contre, le porc est plus apprécié car il représente la fortune, l’abondance avec un avantage que son coût est très abordable.

Spécialement pour le Têt , on confectionne des Bánh chung et des Bánh tét qui sont tous les deux des gâteaux de riz gluant avec les mêmes ingrédients (riz gluant, porc, soja et épices), mais les premiers sont carrés et aimés par les habitants du Nord du Viêt Nam alors que les deuxièmes, en forme de rouleau, sont traditionnellement très appréciés dans le Centre et le Sud du Viet Nam.

Nos hôtes nous présentent également des Giò thü (une sorte de tête pressée – donc du porc), des Tré (viande entrelardée de porc), Cha² lua (pâté de porc) et des Nem chua (couenne de porc). L’avantage de ces mets est qu’ils se consomment froid.

Un autre plat très prisé en cette période est le Thit kho tàu (porc-champignon-jeune pousse de bambou-œufs-caramel).

Pour accompagner ces mets, il y a des légumes. En plus des légumes consommés en tout temps, on prépare spécialement des Dua chua (carotte, bette, choux-fleur trempés dans de l’eau salée, sucrée et vinaigrée) et des Dua món (papaye, carotte, betterave séchées et trempées dans la sauce de saumure et du sucre).

Evidemment, toutes ces nourritures sont accompagnées de thé, d’alcool à base de fruit ou d’alcool fort comme de l’alcool de riz.

On arrive aux « sucrés ». Essentiellement, les préparations sucrées sont des fruits confits. On peut citer quelques fruits confits représentatifs de la fête du Têt : les graines de lotus, les tamarins, les pommes-canelles, le gingembre, la noix de coco, les clémentines (Kim quât)… Ces préparations sont très appréciées avec du thé chaud.

Un autre élément qui se trouve sans exception sur toutes les tables est Hat dua (graines de pastèque colorées en rouge). Les gens croques ces graines en bavardant. En plus, la couleur rouge est une couleur porte-bonheur.

On arrive aux fruits qui sont très abondants en quantité et en variété en cette période de l’année. En dehors des fruits tropicaux typiquement de la région tels que les mangoustans, les ananas, le fruit du jacquier, le durian, les lychees, les longans, …, on déguste la clémentine, symbole de fraîcheur et de porte-bonheur et tout spécialement la pastèque. Pourquoi spécialement ? Primo parce que c’est un fruit rafraîchissant et secundo parce la chair du fruit est rouge et par conséquent c’est un porte-bonheur.